Internet Explorer ou la tentative (ratée !) de Microsoft de prendre le contrôle de l'Internet

Nous sommes dans les touts débuts d'Internet, milieu des années 90, le navigateur Netscape règne en maître sur la toile naissante. Microsoft à négligé le développement de ce réseau promis à un grand avenir et il veux reprendre la main.

La stratégie de Microsoft est simple, il faut évincer Netscape, une petite start-up américaine.
Microsoft est déjà en position (presque) hégémonique sur le poste de travail avec Windows 95/98. Il lui suffit de mettre "gracieusement" son navigateur sur le bureau de Windows et les utilisateurs inexpérimentés vont forcément utiliser cet outil.
D'autant plus que Microsoft le nomme carrément "Internet", comme si il s'agissait du seul accès possible à la toile.
Pour disposer de Netscape, il faut installer le programme, et c'est pas si simple, les ressources Internet ne sont pas aussi riches qu'aujourd'hui.
Conclusion, le grand public adopte bientôt Internet Explorer et les parts de Nescape commence à s'éroder petit à petit.

Mon histoire est déjà terminée !?
Non ! Microsoft est un fauve, il ne laisse pas sa proie vivante. Il lui faut TOUT !

Mise à mort de Netscape

Petite parenthèse... Pour bien fonctionner l'Internet à besoin de standards. Il est préférable en effet que le navigateur sache interpréter les codes délivrés par les serveurs Internet.
À l'époque, et encore maintenant, le codage des pages, c'est le HTML. Mais la normes et ouverte et en évolution permanente.

Revenons à Microsoft. Celui-ci n'est pas présent que sur le poste de travail, il s'est aussi taillé une place de choix dans le monde des serveurs (en "assassinant" Novell /Netware peu avant, peut-être ferais-je un billet sur ce sujet). Il va proposer d'installer nativement son serveur de pages web "IIS" ou "2IS" (Internet Information Services) à l'intérieur de son serveur informatique, là ou évidement Netscape lui, doit vendre son serveur pour vivre.

Microsoft ne va pas s'arrêter là. Il va aussi développer des outils de création de sites web, entre autre Front_Page.
Évidemment, n'oublions que Microsoft est le "ROI", et on ne dicte pas au "ROI" ce qu'il doit faire. Les codes générés par les outils de développement Microsoft, ne sont interprétables que par Internet Explorer.
Vous comprenez maintenant que les hébergeurs/développeurs de sites Internet qui ont la faiblesse de choisir les outils Microsoft, vont rendre incompatible le navigateur Netscape et vont finir par le tuer définitivement en 2004.

Bon, cette fois, mon histoire est vraiment terminée !? Non ! Pas encore !

Microsoft rencontre des problèmes.

1er problème : Comme à son habitude Microsoft se précipite à inonder le marché avec ses produits avant qu'ils ne soient terminés.

Donc les 1ères versions de IE sont instables, plantent régulièrement et la sécurité n'est pas au rendez-vous. Ce que je dis là est encore partiellement vrai pour les versions les plus récentes, même Microsoft l'admet aujourd'hui en sortant son nouveau navigateur "Edge".
D'ailleurs Microsoft est coutumier de ce principe. Il va toujours justifier de la nécessité de passer à la nouvelle version de son produit, car, expliquera-t'il la nouvelle version est plus solide, mieux protégée, donc en creux comprenez que  la version antérieure est faible et mal sécurisée.
Ne vous y trompez pas, la version que vous utilisez aujourd'hui est la version faible de demain.

Donc, nous sommes dans les années 200x. Le développement d'un site Internet devient une vraie galère, il faut pratiquement créer 2 sites, un pour les navigateurs respectant les standards du web, édités par le W3C et un autre pour IE.
Pire, les versions qui se suivent de IE ne sont même pas compatibles entres elles. On voit apparaître des boutons de "compatibilités" avec les versions plus anciennes (qui d'ailleurs ne fonctionnent jamais, ou mal). Donc pour qu'un site soit compatible avec tous les navigateurs, il faut tester la version de IE pour lui envoyer les bons codes.

Votre serviteur, je veux dire moi, va en faire les frais en 2009. Une association m'avait confié la réalisation de son site de promotion des commerces locaux. J'avais pour ça utilisé un CMS libre et français : "Spip".
Je finalisait le développement et l'association commençait à vendre ses services de promotion.
Pas de chance, Microsoft sort à ce moment là sa nouvelle version "8" de IE. Évidemment le site développé n'est pas compatible avec le nouveau navigateur qui est mis à jour à vitesse "grand V" sur tous les Windows de la planète.
Résultat, ne trouvant pas de solution et ne pouvant refinancer le projet, l'association abandonnera l'idée et je ne serai pas rémunérer pour mon travail (OUI ! j'ai quelques raisons d'en vouloir à Microsoft).

Cet état de fait commence à lasser passablement les éditeurs de sites Internet. D'autant que des programmes concurrents débarquent sur la toile et que ce sont des logiciels libres, performants et respectueux des normes établies par le W3C. Je pense là à Firefox comme navigateur et à "Apache" comme serveur web, concurrent de "IIS".

2ème problème : Netscape renaît de ses cendres sous le nom de Mozilla, qui est aussi une fondation créée pour l'occasion et dont l'objectif est de fournir un navigateur alternatif.

Firefox respecte les standards, est performant et sécurisé. Il grappille petit à petit des parts de marché sur MS IE.

2008, sortie du navigateur de Google : Google Chrome.

3ème problème : La stratégie de Microsoft d'imposer un programme en utilisant son hégémonie sur les systèmes d'exploitation (OS) est un peu trop visible et sous l'impulsion d'Opéra, certains états américains en 1998, et l' Europe en 2009 vont mettre en procès l'éditeur américain.

Procès de Microsoft pour "abus de position dominante"

Si au États Unis, Microsoft échappe de près, en appel, à la scission, les tribunaux européens vont obtenir, outre une amende conséquente de plus de 560m€, l'obligation pour Microsoft d'apposer un écran proposant aux utilisateurs, le téléchargement de différents navigateurs dont : Opera, Google Chrome, Firefox, et bien d'autres.

Microsoft à cette fois perdu ! Le grand gagnant des ces guerres des navigateurs est aujourd'hui Google.
Bon j'aurai préféré voir Mozilla Firefox sortir en tête de cette compétition, il a fait jeu égal avec MS IE un certain temps.
Je ne critiquerai pas trop le navigateur de Google, qui est le plus performant et qui n'impose aucune technologie propriétaire, juste une collecte des informations privées.
Opera, initiateur des procès, reste à la marge.

En conclusion, l'Internet y a gagné en respect des normes ouvertes, et c'est tant mieux !
OUF !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet