Vente liée ou l’hégémonie de Microsoft

Pourquoi et comment nous retrouvons nous avec plus de 90% de nos PC sous MS Windows ?
Pourquoi 100% ou presque des applications "métiers" ne fonctionnent-elles que sous MS Windows ?
La réponse... PAR LA VENTE LIÉE !

La vente liée.. Qu'est ce que c'est ?

Vous voulez acheter un ordinateur, vous n'êtes pas un spécialiste et les conseils d'un vendeur vous rassure. Vous êtes naturellement attiré par le marchand spécialisé du coin ou une des grandes enseignes FNAC, Boulanger, Darty, etc...
Tous ces revendeurs ne vous proposeront QUE des machines pré-équipées de MS Windows.
C'est plutôt rassurant pour vous, une fois mise en route, la machine va immédiatement vous proposer ses services.
Bon évidemment, le choix des logiciels proposés sont très orientés par Microsoft et un peu par le fabricant de l'ordinateur.

Est-ce que le couple logiciel/matériel ne fait qu'une entité ou représente deux produits bien distincts ?

Au yeux de la loi, ce sont bien de produits séparés, même si le prix indiqué est lui unique. Le fabricant du PC a en effet dû payer Microsoft pour la licence du produit installé sur sa machine.
La loi L.122.1 est claire et précise qu'il s'agit d'une "vente subordonnée" : v. article de la DGCCRF
À minima, le vendeur est tenu de préciser quelle part du prix est attribuée à la machine et quelle part est attribuée à la licence logiciel.
Il est à noté que si vous devenez propriétaire du PC, en aucun cas vous n'êtes propriétaire du logiciel et Microsoft ne fait que vous consentir un droit d'utilisation de son logiciel et ce dans un cadre très limité, qui vous interdit par exemple d'étudier les composants et sous composants de son système.
Les deux produits sont bien distincts et sont de plus régis par des règles commerciales différentes.
Il est à noté que la responsabilité de Microsoft n'est jamais établi et que seul le fabricant porte sur lui les risques d'un dysfonctionnement, y compris celui du logiciel. Bien joué Monsieur Microsoft !

Comment en est-on arrivé là ?

Brièvement, Microsoft qui vend en 1980 à IBM, un MS-DOS issu d'un QDOS - Quick & dirty Operating System, (soit un sale et vite fait, système d'exploitation d'après leurs auteurs) pour le naissant Personnal Computer (PC), réussi un coup de maître fabuleux, en ne demandant qu'un petit pourcentage sur les ventes.
La réussite commerciale du PC, va rendre très rapidement très riche, cette microscopique société de logiciels. Qui va n'avoir de cesse que de "tuer" la concurrence, soit en en rachetant le produit, soit en annonçant un produit similaire, ce qui a pour conséquence d'assécher les investissements pour les produits concurrents.
Très vite Microsoft et son Windows s'impose comme la plateforme incontournable pour les PC dont les ventes explosent.
Fort de sa position déjà dominante, Microsoft va imposer aux constructeurs de PC d'installer systématiquement MS Windows sur TOUS les PC vendus, tuant toutes concurrences sur le domaine du système d'exploitation. Y compris Apple, que Monsieur Bill Gates lui même, va renflouer pour ne pas faire tomber Microsoft sous le coup des lois anti-concurrence.

Quelles sont les conséquences de cette hégémonie ?

Pour un éditeur, développer un logiciel est un gros travail et une délicate aventure. Simplifier ce développement en ne se consacrant qu'à une plateforme système, c'est réduire drastiquement les coûts et les risques.
Le choix de MS Windows s'impose, car c'est déjà le système le plus courant et donc le plus économique pour cet éditeur.
Les fabricants de matériels, vont à leur tour fournir systématiquement les pilotes pour MS Windows, "oubliant" les autres plateformes, défavorisant celles-ci.
Tous ces choix renforcent la position dominante et abusive de MS Windows, encore et encore.

Pourrait-on se satisfaire de cet unique système d'exploitation ?

Ce serait formidable que la réponse puisse être oui !

Mais malheureusement je dois vous avertir que MS Windows est certainement un des pires systèmes que nous puissions espérer sur nos machines.
D'abord mal né, comme on pu le voir plus avant, avec MS-DOS (QDOS) très très limité, même pour l'époque, il n'a pour avantage que sa simplicité. Il permet surtout de tout faire et mal.
Nous avons subit MS-DOS jusqu'à Windows ME.
Windows XP va apparaître en 2001 et sera basé sur un développement repris depuis zéro avec Windows NT.
On aurait pu espérer un système propre, puissant, moderne, mais c'était sans compter sans le marketing qui imposa une compatibilité avec les Windows précédents basés sur MS-DOS, entraînant avec lui tous les mauvais développements.
Plusieurs entraves à la sécurité ont été décidés, comme celui de placer systématiquement par défaut, l'utilisateur dans un rôle d'administrateur, obérant sérieusement la sécurité de la machine.

D'autres choix technique s'avèrent à terme malheureux, comme la "Registry" (ou ruche), centre nerveux de Windows, complexe, fragile, fermée et surtout irrécupérable suite à une perte de fonctionnement.

Le système de gestion des données sur disques, NTFS, est aussi très critiquable. Il n'a pratiquement pas évolué depuis les années 90 et il est loin de présenter les qualités des systèmes modernes comme sur MacOS ou Linux. Il fragmente énormément le disque et ne sait pas "journaliser" les enregistrements, ne permettant donc pas la récupération de données après crash partiel du disque.

J'aime à dire que MS WIndows est à l'informatique ce que McDonald est à la "bouffe".

Est-ce la seule raison de refuser MS Windows ?

Là encore la réponse est non !

Non content d'imposer son système en forçant sa vente, Microsoft introduit des composants de collecte d'informations personnelles.
Le summum étant atteint avec Windows 10 : Contacts, localisations, codes WIFI, agenda, capture d'image et de son, tout peut être collecter dans le but, soit disant d'améliorer les services proposés.

Autres inconvénients majeur du système MS Windows, c'est la faiblesse de la sécurité évoquée plus haut, qui permet la réalisation par des pirates d'une panoplie conséquente de virus et autres "malwares".
Nous avons pourtant droit à chaque nouvelle version, à un discours marketing ventant les qualités de la sécurité du nouveau produit (et en creux, les faiblesses de l'ancien).
Nous constaterons ensemble que :,

  1. les virus ne sont pas moins présents sur les nouvelles versions.
  2. Microsoft admet implicitement nous avoir fourni auparavant des systèmes faibles, attaquables et fragiles.

Les virus sont-ils un fatalité ? Certainement pas, ils pourraient être beaucoup moins nombreux si MS Windows était mieux bâti.
Je suis toujours effaré de voir comment nos sociétés continuent malgré tout, à faire aveuglément confiance dans un système aussi peu fiable.

Ajoutons à cela que la licence n'est concédée que sur la machine achetée "en l'état" et que toute ré-installation nécessite le rachat d'une nouvelle licence, y compris si la ré-installation est due à une panne.
Notons que parmi les composants de Windows, il y a aussi des logiciels de surveillance de la validité de la licence, ceux-ci interrogeant pour cela des serveurs sur Internet.
Il y a aussi des logiciels qui s'assurent de la non-modification des composants de la machine (processeur, mémoire, carte mère,...) qui peuvent aboutir à la décision unilatérale de Microsoft de vous réclamer une nouvelle licence.

Microsoft a-t'il une haute considération de ses utilisateurs ?

Les motivations de Microsoft sont toujours plus grandes de préserver ses intérêts, que de proposer un outil de qualité à ses utilisateurs.
L'évolution formidable de la puissance de nos machines, pourrait nous faire espérer une amélioration de la facilité d'utilisation. Il n'en est rien, Microsoft utilise cette augmentation des ressources pour ajouter encore et encore, des composants qui lui sont plus bénéfiques à lui, qu'à vous (collecte, surveillance, etc...).

Utilisateurs dont il a une piètre considération, lorsqu'il impose par exemple, une interface homme-machine aussi iconoclaste et inadaptée que Windows 8. Cette interface ciblant un usage en mode tablette, alors qu'elle s'impose sur un poste de travail de type bureautique.

Utilisateurs dont il se moque, lorsque le système impose une mise à jour avec redémarrage, avec des temps de remise en route qui peuvent durer jusqu'à plusieurs dizaines de minutes, voir plus.
J'imagine notre réaction au volant de notre voiture, nous annonçant qu'elle refuse de démarrer, pour cause de mise à jour, nous faisant "poireauter" durant 10, 15, 30mn... Et plus !
Je pari que nous ne l'accepterions pas. Pourquoi l'accepterions nous de notre ordinateur ?
Renault-Nissan vient, nous apprend-on ces jours-ci, de signer un accord avec Microsoft, pour la fourniture de logiciels pour les futures voitures connectées... Ça promet ! 

MS Windows est-il un système perenne ?

Deux visions de la pérennité sont à prendre en considération :

  1. Pérennité sur le long terme, c'est à dire, la capacité de MS Windows à assurer le fonctionnement d'une application sur des versions différentes du système.
    La réponse est plutôt oui !
    En effet, on constate que la plupart des programmes fonctionnent aujourd'hui depuis Windows XP jusqu'à Windows 10. C'est le cas par exemple des logiciels libres comme Libre Office, Mozilla Firefox et Thunderbird et VLC, pour ne citer qu"eux.
    On notera que Microsoft au contraire, organise une non-fonctionnalité de ses logiciels phares, comme MS Office. Ceci dans un but purement marketo-commercial, pour forcer le remplacement des plus vieux PC et donc forcer le passage aux nouvelles versions de MS Windows. On est bien dans le domaine de l'obsolescence programmée.
  2. Pérennité sur le court terme, soit la capacité de notre ordinateur à fonctionner de manière correcte sur une période assez longue.
    La réponse est clairement NON !
    On pourra même parler là encore, d'obsolescence programmée.
    Rappelez-vous les reproches que je faisais plus avant, concernant les mauvais choix faits sur la "Registry" et le fonctionnement des fichiers NTFS. L'un et l'autre introduisaient des faiblesses pour le système.
    Ajoutez à cela, que la "Registry" ne cesse avec le temps, d'augmenter en taille, sans jamais être capable d'être vraiment réduite, finie par ralentir de manière considérable la machine complète.
    Le disque lui aussi, apporte son lot de ralentissement avec une fragmentation conséquente.
    Les mises à jour permanentes, vont jouer un rôle non négligeable à leur tour...
    Conclusion, votre PC va "ramer" dur après quelques années et ce de manière quasi inévitable.
    Évidemment je ne parle là, qu'à condition que vous soyez passés au travers des installations inopinées des "malwares", "publiwares" et autres virus. Ce qui est pratiquement impossible, même pour les plus avertis d'entre nous.
    Mon expérience de professionnel de l'informatique, m'amène à constater que 99% des machines que l'on m'apporte sont polluées.

Peut-on faire confiance dans la probité de MS Windows ?

Question délicate ! Plus généralement, peut-on faire confiance dans une société américaine dont les logiciels sont propriétaires et fermés ?
Sachons que depuis le "Patriot-act" instauré par M Bush fils après le 11 sept. 2001, toutes les sociétés de logiciel, doivent donner la capacité à la NSA ou au FBI de récolter des informations sur les utilisateurs non-américains.
Edward Snowden nous a appris (qu'avec ou sans le consentement des sociétés en questions) que les FBI, NSA étaient capables de pister des informations sur nous.
Quelle est la capacité de Microsoft à résister à un ordre de céder des informations aux agences de surveillance américaines ?
Microsoft était la première entreprise à participer au programme de surveillance PRISM, selon les documents obtenus par "The Guardian" et le "Washington Post"

Je ne crois pas Microsoft capable de tenir tête à l'état américain, il a trop à perdre, en l'occurrence sa position hégémonique relativement fragile face aux lois anti-trust. Microsoft à failli plusieurs fois, être "explosée" en de multiples entités séparées.

 

MS Windows pourrait-il constituer un bras armé de la cyberguerre au profit des États-Unis ? 

En d'autres termes, se pourrait-il qu'avoir un MS Windows sur son ordinateur engendre un risque de perte du contrôle de nos données et/ou des processus pilotant notre industrie.
Pour ce qui me concerne, ma conviction est faite.

Je vais essayer de vous donner les éléments qui m'amènent à penser que nous risquons fort de perdre notre souveraineté dans le domaine de l'informatique.

Regardons ce qui c'est passé en Iran avec la mise en panne des centrifugeuses chargées d'enrichir l'uranium civile.
Les PC sous MS Windows qui pilotaient les centrifugeuses allemandes Siemens ont été, par l'intermédiaire d'une clé USB, virussés par Stuxnet. Ce virus a déréglé les  centrifugeuses pour faire échouer le processus d'enrichissement de l'uranium Iranien.
On pourrait, dans un 1er temps, se réjouir et féliciter les acteurs d'avoir empêché (retardé !) l'Iran d'atteindre son but.
Quand on regarde de près les techniques employées, on constate que plusieurs failles du système MS Windows ont été utilisées, que ces failles étaient exploitées pour la 1ère fois ("Exploit 0 day" dans notre jargon), ce qui suppose que :
 - soit les développeurs étaient particulièrement brillants,
 - soit ils avaient ces "failles" à leur disposition "toutes prêtes" spécialement pour leur usage.

Si on regarde au delà du cas de l'Iran, on est en droit de se demander si te telles failles ne sont pas encore présentes dans le système MS Windows, prêtes à servir "au cas ou !".
(l'actualité, mi-mai 2017 nous apprend qu'un virus se propage via une faille exploitée et non divulguée par la NSA)

Ne perdons pas de vue que MS Windows est un programme fermé, que personne ne peut prétendre connaître l'intégralité de son contenu.
Certains me diront qu'il serait bien difficile pour Microsoft de cacher ce qui entre et sort d'un PC Windows. Peut-être, mais si des données commerciales sortent en permanence de ce système, il est facile de noyer des données chiffrées d'un tout autre ordre.
Je veux aussi préciser que les mises à jour permanente du système peuvent très bien à tout moment introduire des codes et des fonctions utiles au contrôle du système par des tiers.
Rappelez-vous, que sous Windows 10, Microsoft empêche la désactivation des mises à jour.

Je suis peut-être paranoïaque, mais je vous invite à regarder ce petir document.

Avons-nous perdu notre souveraineté informatique au profit des États-unis ?

Oui ! Totalement.
Microsoft est partout, chez nous à la maison, au bureau, dans nos associations, PME, grandes entreprises et industries. Il est même présent sur les systèmes militaires.
Il y a une exception notable, la gendarmerie qui est passée sous Linux Ubuntu il ya quelques années.
Ceci permet aux Américains d'accéder en toute simplicité à l'ensemble de notre économie et de notre savoir-faire.

Mais revenons à l'Armée française (hors gendarmerie), qui vient de (re)signer un contrat dit "Open-Bar" avec Microsoft Irlande. Pourtant TOUS les conseillers travaillant en amont de ce contrat ont donné un avis négatif, essentiellement pour des raisons de sécurité et de souveraineté.

Ce contrat a bien été reconduit par entre autre le vice-amiral Arnaud Coustillière, dans la plus totale opacité. Les questions qui se posent sont :
 - La Défense n'avait-elle pas tout simplement l'obligation de choisir Microsoft comme partenaire informatique ?
 - L'Otan n'a-t'il pas joué un rôle prépondérant dans cette affaire ?
 - Le "Parapluie Américain" ne nous oblige-t'il pas à laisser un "certain" contrôle à notre grand frère protecteur ?

On notera que les 120 Millions d'€uros concédés à Microsoft l'ont été à Microsoft Irlande, et que l'état ne verra même pas le bénéfice des taxes retourné dans les caisses nationales.

Serge Pintout

références :
La vente liée
Hégémonie Microsoft
racketiciel
l'April
La Quadrature du Net
Contrat Défense/Microsoft
G.A.F.A.M. vu par Framasoft

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet