Vos données personnelles, l'or noir du XXIe siècle

Comment Google, Apple, Microsoft ou Facebook peuvent-ils faire pour gagner autant d’argent ? Avec vos données personnelles.

Vos données personnelles, l'or noir du XXIe siècle

Au niveau mondial, les 10 entreprises les mieux valorisées en bourse de la planète sont toutes américaines, et quatre sont des géants de la technologie, avec en tête Apple, suivi par Alphabet (ex-Google), et Microsoft qui trustent les trois premières places du classement, puis Facebook en 6e position.

Le succès d’Apple et de son iPhone ont permis au groupe de se retrouver assis sur une montagne de plus de 250 milliards de dollars de cash. Apple n’a qu’un seul problème, il ne sait pas que faire de cette montagne de liquidité.

En parallèle, les ONG ne cessent de dénoncer les conditions de travail misérables dans les usines de Shanghaï qui fabrique l’iPhone 6. Les rapports sont affligeants. Impossible de ne pas faire un lien avec Germinal et Zola. Enfin n’oublions pas les conditions de travail inimaginables principalement dans les mines africaines pour les matières premières de l’électronique.

Cerise sur le gâteau, ces entreprises grâce à de savants montages fiscaux maîtrisent parfaitement l’art d’échapper à l’impôt, ce qu’ils nomment « l’optimisation fiscale »

Nous savons tout cela, certes, mais malheureusement ce n’est que l’arbre qui cache la forêt.

Il faut se poser la question :

Comment Google, Apple, Microsoft ou Facebook peuvent-ils faire pour gagner autant d’argent ? Avec vos données personnelles.

Un business florissant et opaque. Ils disposent de données ultra complètes sur chacun de nous. Ils en tirent profit directement ou en revendant ces informations à des sociétés de courtiers en données. Une profession qui prospère dans l'ombre grâce à ses algorithmes de profilage capables de détecter les intentions et les habitudes de consommation les plus fines. Le mode opératoire ? Agréger des données publiques ou non (listes électorales, données hospitalières anonymes, dossiers de prêt…), des informations contenues dans de banales cartes de fidélité et des informations récoltées par vos ordinateurs et portables (systèmes d’exploitations, réseaux sociaux, applications, cookies… ). Ces courtiers les achètent, les croisent puis les revendent à des marques, des banques, des sociétés d'assurances pour cibler des clients, ou encore des partis politiques pour affiner des messages électoraux. Le leader, l'américain Acxiom détient, à lui seul, les données détaillées de 700 millions de personnes dans le monde.

Le KGB en a rêvé, ces grands groupes américains l’on fait ! Le pouvoir suprême, c’est de savoir tout sur tout le monde.

Lorsque Microsoft change son « business plan » avec son produit Windows 8 puis avec Windows 10, c’est avec un seul objectif, capter davantage et mieux vos données personnelles. La nouveauté consiste à vous inciter à créer un compte Microsoft que vous devez utiliser systématiquement lorsque vous démarrez votre ordinateur. Ce compte est en fait votre identifiant publicitaire unique. Que vous surfiez sur internet ou non, tout ce que vous faites est capté par Microsoft. Vous pensez peut-être que, lorsque vous n’allez pas sur internet, vous êtes dans une sphère privée ? Si c’est le cas, vous vous trompez lourdement. Microsoft et la NSA (les renseignements américains) ont même accès à votre Webcam et votre micro. En résumé, en achetant un produit, un ordinateur vous payer une licence d’utilisation à Microsoft qui s’empresse de faire de vous un produit en exploitant et en revendant vos données personnelles.

Est-il possible que Google ou Facebook en sache plus sur vous que vous-même ou votre thérapeute ? Il n’est pas absurde de se poser la question. Le cerveau humain est construit de telle manière, que seule l’information nécessaire est stockée de façon permanente. Le reste est oublié dans le temps. Ce processus de l’oubli aurait pour fonction de nous empêcher de devenir fou. Or, les données informatiques collectées sont persistantes. D’ailleurs, si nous oublions une information, nous utilisons souvent l’informatique pour la retrouver. En couplant la richesse des données avec des outils d’analyses de plus en plus pointus il est possible d’établir des profils objectifs et précis et aussi comprendre nos modes de raisonnement, de faire des liens que nous n’avons peut-être pas fait nous-même.

La frontière entre publicité et manipulation (voire propagande) a depuis toujours était mince mais les outils employés ne sont plus du tout les mêmes. La puissance de frappe n’est pas comparable. La banalisation de ces agissements témoigne malheureusement d’une insidieuse réduction de nos libertés.

Sur ce thème, voici 2 références, dont une cinématographique à voir ou à revoir absolument :

En 1949, George Orwell publie son plus célèbre roman « 1984 » La principale figure du roman,Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés.

En 1985, Terry Gilliam réalise « Brazil ». Une adaptation de ce roman qui pointe habilement les mécanismes totalitaires qui œuvrent dans notre monde.

Quelle alternative pour le citoyen ?

Comment ne pas se faire pomper toutes nos données et ainsi éviter quelles soient utilisées à mauvais escient ? Pouvons-nous y échapper ? Pas vraiment. Vous voulez acheter un ordinateur ? vous n’aurez le choix qu’entre les systèmes d’exploitation de Microsoft (Windows), Apple (macOS) ou Google (chrome OS). Vous voulez une boite aux lettres électronique, même type de problématique. Pratiquement tous les outils informatiques participent à cette récupération de vos données.

Le logiciel libre, « un pavé dans la mare » pour retrouver un peu de liberté

Peut-être utilisez-vous déjà le navigateur Web « Mozilla Firefox » ou encore les packs office « Libre Office » et « Open Office » . Ce sont des logiciels libres et éthiques garantissant un certain nombre de libertés à ses utilisateurs par le biais d’une licence logiciel particulière, la GNU GPL.

La liberté d'exécuter le logiciel, pour n'importe quel usage ; La liberté d'étudier le fonctionnement d'un programme et de l'adapter à ses besoins, ce qui passe par l'accès aux codes sources ; La liberté de redistribuer des copies ; L'obligation de faire bénéficier à la communauté des versions modifiées.

C’est dans cet esprit que en 1991, un universitaire du nom de Linus Torvalds s'inspire d'un système commercial Unix pour créer le système d'exploitation Linux qu'il souhaite libre et ouvert.

En 2006 le milliardaire sud-africain Mark Shuttleworth finance le projet « Ubuntu » qui a pour objectif de fournir gratuitement une version grand public Linux au plus grand nombre. La première version d'Ubuntu bénéficie même d'une vidéo de Nelson Mandela expliquant le projet.

En bref, il existe même une alternative aux systèmes d’exploitation de Microsoft ou d’Apple.

Notons qu’il est quasiment impossible de trouver dans le commerce un pc avec Linux. Pouvez-vous installer Linux sur votre ordinateur portable à la place de Windows ? Pas certain. En coulisse, une guerre implacable est menée pour le maintien des monopoles. L’un des moyens utilisé par Microsoft est d’imposer aux fabricants d’ordinateur un nouveau bios verrouillé rendant difficile, voire impossible, l'installation de Linux.

Toutefois, à titre d’exemple, l’assembleur français d’ordinateurs portables Clevo propose un catalogue de portables sur mesure totalement compatibles avec Linux.

« Le Retzien Libre », des outils, des services informatiques locaux et éthiques

Mais vous l’aurez compris, la récolte de vos données se fait par de multiples moyens et aux travers de multiples services informatiques. Notre idée est de nous inscrire modestement dans la démarche du « Libre », d’ouvrir des espaces ou au moins des interstices. Pour le faire nous proposons une "A.M.A.P. informatique" avec des services locaux, délivrés par des résidents du Pays de Retz. « Le Retzien Libre » vous propose, entre autres, votre adresse de messagerie sous la forme « prenom.nom@retzien.fr » et vous garantie de ne pas exploiter, ni revendre vos données. Pour l’heure, nous proposons également un service de cloud, de sondage et d’agenda partagé. Plus globalement, nous garantissons une démarche éthique et associative.

"Le chemin est long, mais la voie est libre" "ET, nous ne sommes pas pressés" nous dit Framasoft qui œuvre pour le libre.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet